Le Nacra 17 Mk2 recommandé par la Classe pour Tokyo.

Gunnar Larsen et Peter Vink les boss hollandais du chantier , savent y faire. Les améliorations techniques (nécessaires) et l’évolution vers le full foiling du support olympique sont passés comme une lettre à la poste auprès de la classe.

Tout est mieux techniquement selon les heureux testeurs (tu m’étonnes ;-) ) qui confirment la présentation de l’architecte et du chantier.: plus vite, plus de stabilité, plus physique aussi.

Mk2 et Clubset: l’accès aux joies du vol pour 7.500€

Nacra propose un upgrade du Mk1 vers le Mk2 pour 9.480€ qui reprend  les très nombreuses  évolutions  et un spi car ça va plus vite donc ce dernier est plus plat.

La nouvelle version coûte 29.100€…

Très original et intéressant le  concept « Clubset » qui permet pour ceux qui changent la plateforme (17400€) avec un modeste supplément de 990€ d’avoir en plus de leur Nacra avec nouvelle plateforme, un second Nacra 17, à vendre donc,  avec mat alu, foil en C et stabilisateur de safrans. Ce dernier point permet de maintenir en vol le Nacra Mk1 ainsi modifié, plus facilement, le prix visé sur ce nouveau marché est de 7.500€ . Prix imbattable à ce stade pour découvrir le vol.

Séduire World Sailing

Avec des bons d’achat de 500€ par épreuve avec un maxi de 4, les boss de Nacra veulent proposer une évolution « soft » pour les compétiteurs. Ceux-ci ont  dit oui pour proposer ce nouveau support à World Sailing qui doit se prononcer sur cette évolution du catamaran support olympique.

Dans 10 ans combien aurons-nous de catsailors français(es) dans le top 10 mondial ? photo: FT.

Après quatre jours variés et complexes selon Cammas, le top 10 de la première épreuve 2015 de la sailing world cup  permet de constater que le catamaran de sport sur le support olympique regroupe des profils variés mais avec des tendances lourdes.  Et que la culture française de l’olympisme sur deux coques constitue un atout qui permet aux tricolores de briller dans cette discipline d’une voile olympique, pas pour les nuls, qui mérite sans doute mieux qu’un descriptif sans histoire.

Placer trois équipages dans le top 10 d’une épreuve mondiale n’est pas anodin

Deux médailles en or (1988, 1992),  des accessits à chaque fois le catamaran de sport apporte plus que son lot de performances depuis 30 ans à la France. Si on compare les moyens consacrés par la FFVoile avec d’autres disciplines cela pourraît laisser à penser que moins, c’est plus de médailles. Cela reste du mauvais esprit. Plus sérieusement, la culture catamaran du haut niveau française pèse lourd et  se transmet de coach en coach spécialisés et passionnés. Les jeunes en profitent, des groupes se font et au moins cinq équipages français forment un pack unique au monde, une  force de frappe redoutable pour progresser: Besson/Riou, Vaireaux/Audinet, Cammas/DeTurkheim, Ogereau/Vandame et les petits jeunes Laugier/Bellet.

Dans ce contexte un ou deux catamarans supplémentaires au JO et le fait que le top 10 mondial soit représenté sur les jeux et non la stupide règle imposée à la voile d’un équipage par nation rapporterait des médailles à la France comme en ski-cross ou potentiellement en perche. Voilà une action, M. Champion, a mener à l’ISAF et au CIO. Ne serait-ce que pour argumenter afin que l’Etat désargenté mais qui veut de la médaille, continue de financer la fédération, non ?

Tout le monde peut espérer briller en cata de sport mais avoir joué en Hobie Cat 16, Tornado et Formule 18 s’avère  statistiquement incontournable

40% des barreurs du top 10 après 4 jours variables et compliqués, sont passés par les flottes intenses avec les jolies voiles en couleurs et coques à bascule. Ne compter pas sur moi pour rappeler que c’est le support que la FFVoile a supprimé de la filière jeune en 2013. 20% sont des ex-Tornadistes, 30% issus de la formation noble du dériveur et ont su s’adapter au monde de la vitesse pour chasser la médaille. Cammas complète ce top 10, la star vient du large et de la F18 avec une équipière lasérienne. Un petit mot sur Iker Martinez l’Espagnol confirme que faire du deux coques c’est pas aussi facile que ça, même quand on vient d’un support véloce.

Le catamaran de sport de vieux ?

La persistance des ex-Tornadistes illustre que quand on commence le catamaran on n’en sort pas. Aussi et surtout que le  jeu de la régate rapide demande une expérience importante. Certains persiflerons que le poste de barreur n’est pas trop physique d’où Figueroa, Bundock et d’autres athlètes qui peuvent encore jouer. Et faire progresser les plus jeunes, rétorquerons les sages ;-) .

© 2014 CataMag Suffusion theme by Sayontan Sinha