L'équipe de l'association Hobie a réussi avec Yagga Pornichet une superbe coupe Nationale 2014. Gros effectif en croissance constante +150% depuis 2010, Françoise Dettling peux-tu expliquer SVP aux stratèges fédéraux comment faire du développement sportif ? 64 équipages dont 51 Hobie Cat 16 qui ont régaté en temps réel, 5 HC14 et 8 WildCat. Parmi les HC16: 21 sans spi ont été à la fête dans le vent faible et le petit clapot, les deux premiers jours (comme quoi les ratings... ;-) ). Dans ce vent léger chaque erreur se paie cash, ce sont les meilleurs qui sont devant régulièrement, la crème remonte toujours. Jérôme Le Gal (à gauche) avec Andy Dinsdale s'imposent devant les frères Bader, le premier équipage jeune est 3ème avec Solune Robert (le même jeune en forme qui a bousculé Iker Martinez le Champion de balançoire à voile lors de l'Eurocat en F18) ici avec Antoine Rucard. Du level on vous dit, il suffit de regarder la 14ème place des filles venus se détendre de la pression du Cracra Olympique ou de Thomas Normand et Antoine Joubert (10ème) pour comprendre que le Zobite reste LA flotte où le talent sur l'eau et le travail font la différence pour jouer devant. Ici, noter que le premier NoSpi est 5ème, qu'il claque une course et se souvenir des jeunes frangins Rouxel de Chatelaillon. photo: Franck Tiffon

résultats complets 51 HC16 /   résultats complets 8 Wildcatrésultats complets 5 HC14

Travemünde 2010 Championnat d’Europe, du vent et de loin un Hobie complètement hors cadre si l’on considère la flotte. Deux gars dans un zod à la bouée au vent se moquent du peintre qui n’a pas vu les grosses bouées teutonnes. Quelques instants plus tard, il faut presque déplacer le zod pour laisser passer Jérôme Le Gal en tête avec son pote le coach du team Italien: Marco Iazzeta. La paire recommencera le même film une paire de fois dans la journée, ils ne sont pas hors cadre, ils excellent dans cet art difficile qui est celui du mode vitesse. La même technique qui a renversée le cours de la Coupe, au début seul Ashby avec les néo-zed pratiquaient le tirage du manche, le génie de Spithill a été de s’y mettre sous la pression énorme du moment. En 2010 le néo-calédonien sera Champion du Monde Hobie 16, cette année il remonte sur le podium en Australie, mais n’a pas envie d’en rester là.

La flotte Hobie 16 est non seulement le creuset de 90% des meilleurs mondiaux du catamaran de sport prétendant à l’olympe  (Besson, Vaireaux, Vandame, Morvan, Bissaro…) mais aussi de tous ces  gros talents pas exactement dans le moule contraignant des cinq anneaux comme Martin, Bader, Thiéme, Lagarrigue, Vauchel-Camus, Le Gal… Il n’y a que certains dirigeants qui ignorent cela et éjectent sans comprendre le support avec la plus grosse flotte mondiale de la filière jeune – je sais j’arrête de pousser sur le mur ;-) – Donc 3 questions à  Jérôme Le Gal et Andy Dinsdale, c’est une première sur CataMag, le son de l’entretien:

Jerome&AndyITW

Des départs intenses et délicats. Selon Cédric Bader second avec son frère Laurent (1-12-2-3-5) : "Jérôme, souvent tu as l'impression qu'il est mort sur la course et à la fin il est là... " agaçant. Score de Le Gal/Dinsdale: 6-1-1-2-3-5, Robert/Rucard: 2-24-8-9-1-1. photo: Cariou

Ce très discret top gun de la voile française navigue en catamaran de sport (what else ;-) ), sur un Viper après avoir longtemps eu un Mattia S. Et en plus il est sympa !. Interview début juillet durant le mondial SL16 au Pyla où il accompagne son fils qui évolue dans le top de la filière jeune cata tricolore. photo: Franck Tiffon

« Cela fait 20 ans que je travaille dans la voile et ça fait 20 ans que j’ai l’impression d’être en vacances »

Michel « Mike » Kermarec est ingénieur Centrale de Nantes, Docteur-es-sciences (PhD) en Hydrodynamique. Ancien du CNRS et enseignant en école d’ingénieur durant 10 ans, il conduit une brillante carrière sportive qui le conduit à la 6ème place des JO de Séoul en Soling. Vainqueur de l’Admiral Cup en 1991, Michel Kermarec est tombé dans la Coupe depuis 1995 avec Marc Pajot. Parallèlement il a vécu l’aventure française des multicoques ORMA en commençant avec Peyron dès 1996.Son boss depuis 2003 est un certain Larry Ellison, il est responsable des appendices sur l’AC72 d’Oracle. Kermarec c’est du lourd.

Michel Kermarec: « ça me faisait tellement envie de voir les gens naviguer en petit cata, maintenant je ne peux plus m’en passer »

« Perso j’ai commencé par un Hobie 15 à Valence pour promener ma famille avec mes enfants très petits à l’époque. Puis de retour à La Rochelle, j’ai eu toujours envie de faire du cata et mes enfants aussi et mes enfants ont commencé comme cela. J’ai acheté un Mattia S  et puis maintenant un Viper, je ne peux plus m’en passer »
« Les manières de naviguer entre les « gros » et les petits catas sont assez proches »

« Faire du petit bateau ça aide à comprendre, c’est pourquoi le premier truc fait par l’équipe a été d’acheter des Nacra 20 (NDLR: Nacra 20 petits bateaux ;-) ), car personne n’avait vraiment la culture du multicoque dans cette équipe qui malgré le gros trimaran de Valence. »
« Même si les efforts et les temps sont différents les manières de naviguer entre les « gros » et les petits catas sont assez proches. On apprend plus vite sur les petits et on transpose sur les « gros ».

« Même avant l’accident on voulait faire quelques chose sur la sécurité »

Il y a des propositions faites par les différents challenges, d’abord la limite de vent (23 noeuds pour la Coupe), après le plan porteur des safrans , plus gros c’est mieux c’est mais avec une limite pour ne pas tomber dans des délires mais aussi et surtout la capacité de les régler afin de faire ressortir l’étrave. Le problème est que certains perçoivent qu’ils sont en avance et ne veulent rien changer. Ce qui m’agace car c’est un élément de sécurité, je suis prêt à mettre tous les plans sur la table et je ne comprends pas que l’on discute de cela.

« On a un nouveau jeu de dérives »

Mélange entre le J, le L et le S, on assiste à une convergence sur la forme. Il s’agit maintenant d’une question de proportion, le bon compromis est de décoller tôt avec pas trop de surface. Jiber en volant c’est la coordination entre la montée et la descente de la dérive. Ce qui est amusant est que même au passage du vent arrière on va encore plus vite que le vent….

© 2014 CataMag Suffusion theme by Sayontan Sinha