Le candidat surprise de Nacra pour l'ISAF jeune. infographie Nacra

Après le renoncement calibré et chiffré de Goodall, après l’étude surprenante du RS16 , le dernier bruit ISAfien serait que Nacra utilise la même méthode que celle qui a réussi pour la candidature au support Olympique: deux offres complémentaires. D’abord un modèle existant, le même que pour le support Olympique d’ailleurs: le Nacra 16 pied updaté en 2014. Ensuite une franche nouveauté: un 15 pieds sur la base du support Olympique mais avec winglet pour permettre un vol stable et mât alu nouvelle génération. Nouveau créneau et volant c’est audacieux. Surtout habile de la part des boss hollandais de Nacra avec la création d’un produit d’accès au Nacra 17, ce qui est l’objectif du Mondial ISAF: préparer les moins de 19 ans à l’Olympe vélique.

Au delà du technique de facture classique pour Nacra avec le même architecte Melvin/Morelli, le point saillant est que le tout se place dans un prix contenu en-dessous de  15.000€ TTC . Les premières photos de Nacra Sailing du support qui sera présenté à Santander:

Ce très discret top gun de la voile française navigue en catamaran de sport (what else ;-) ), sur un Viper après avoir longtemps eu un Mattia S. Et en plus il est sympa !. Interview début juillet durant le mondial SL16 au Pyla où il accompagne son fils qui évolue dans le top de la filière jeune cata tricolore. photo: Franck Tiffon

« Cela fait 20 ans que je travaille dans la voile et ça fait 20 ans que j’ai l’impression d’être en vacances »

Michel « Mike » Kermarec est ingénieur Centrale de Nantes, Docteur-es-sciences (PhD) en Hydrodynamique. Ancien du CNRS et enseignant en école d’ingénieur durant 10 ans, il conduit une brillante carrière sportive qui le conduit à la 6ème place des JO de Séoul en Soling. Vainqueur de l’Admiral Cup en 1991, Michel Kermarec est tombé dans la Coupe depuis 1995 avec Marc Pajot. Parallèlement il a vécu l’aventure française des multicoques ORMA en commençant avec Peyron dès 1996.Son boss depuis 2003 est un certain Larry Ellison, il est responsable des appendices sur l’AC72 d’Oracle. Kermarec c’est du lourd.

Michel Kermarec: « ça me faisait tellement envie de voir les gens naviguer en petit cata, maintenant je ne peux plus m’en passer »

« Perso j’ai commencé par un Hobie 15 à Valence pour promener ma famille avec mes enfants très petits à l’époque. Puis de retour à La Rochelle, j’ai eu toujours envie de faire du cata et mes enfants aussi et mes enfants ont commencé comme cela. J’ai acheté un Mattia S  et puis maintenant un Viper, je ne peux plus m’en passer »
« Les manières de naviguer entre les « gros » et les petits catas sont assez proches »

« Faire du petit bateau ça aide à comprendre, c’est pourquoi le premier truc fait par l’équipe a été d’acheter des Nacra 20 (NDLR: Nacra 20 petits bateaux ;-) ), car personne n’avait vraiment la culture du multicoque dans cette équipe qui malgré le gros trimaran de Valence. »
« Même si les efforts et les temps sont différents les manières de naviguer entre les « gros » et les petits catas sont assez proches. On apprend plus vite sur les petits et on transpose sur les « gros ».

« Même avant l’accident on voulait faire quelques chose sur la sécurité »

Il y a des propositions faites par les différents challenges, d’abord la limite de vent (23 noeuds pour la Coupe), après le plan porteur des safrans , plus gros c’est mieux c’est mais avec une limite pour ne pas tomber dans des délires mais aussi et surtout la capacité de les régler afin de faire ressortir l’étrave. Le problème est que certains perçoivent qu’ils sont en avance et ne veulent rien changer. Ce qui m’agace car c’est un élément de sécurité, je suis prêt à mettre tous les plans sur la table et je ne comprends pas que l’on discute de cela.

« On a un nouveau jeu de dérives »

Mélange entre le J, le L et le S, on assiste à une convergence sur la forme. Il s’agit maintenant d’une question de proportion, le bon compromis est de décoller tôt avec pas trop de surface. Jiber en volant c’est la coordination entre la montée et la descente de la dérive. Ce qui est amusant est que même au passage du vent arrière on va encore plus vite que le vent….

© 2014 CataMag Suffusion theme by Sayontan Sinha