Outre l'inégalité flagrante de traitement pour ceux qui choisissent le temps réel, on note que les habitables se tiennent à l'écart d'une évolution qui n'apporte rien. Le dogmatisme du département voile légère est une explication de la baisse (-4,2% depuis 2010) des licenciés qui veulent de la simplicité et du fun

La présidente de la Classe Hobie Cat parle de voile légère: limite de l’intersérie, situation des filles et du fun, lecture du soir… :-)

L’intersérie, qui permet aux skiffs de se rencontrer et de naviguer telle une monotypie, n’à jamais permis le développement de la voile légère. Et ceux dont l’âge canonique avoisine celui du grand schtroumpf le savent bien. Ceux là même qui ont débuté la voile dans les années libres, années où l’on voyait encore les dériveurs sur les plages.
Et chacun s’amusait beaucoup. Certains ont débuté alors la Voile en compétition. Ces régates conviviales de club existent encore pour notre plus grand plaisir. Même si certaines contraintes de sécurité plus draconiennes ont stoppé net des « 24heures » par exemple.

Le développement des filières et des Classes a permis les échanges en temps réel, plébiscités par tous. Et les Championnats de France qui réunissaient les classes dériveurs, quillards et catamarans ont eu des beaux succès. Les Hobie Cat se souviennent de Brest et de ces Championnats de France, sans convivialité pourtant, qui faisaient se déplacer tous les cadors métropolitains et de la France d’Outre mer.

Alors que s’est –il passé ?

Les filières des années 1990 ont fait naviguer  des jeunes pour des sommes modiques. A 21 ans, les aides étaient arrêtées. Ces moins jeunes qui  sont maintenant dans cette classe d’age qui manque cruellement à notre sport ont en majeure partie, soit stoppés la voile de compétition, soit se sont retournés vers une voile moins coûteuse (encore que) et plus en accord avec les modèles de glisse actuels. Modèles relayés par la boisson énergétique qui a su choisir les supports porteurs, dont les catamarans de la Coupe de l’América.

Les grands penseurs  de notre fédération défendent un intérêt plus personnel que général et veulent imposer avec des grandes théories un modèle qui ne fait pas ses preuves.

La Voile Légère ne mérite t-elle pas autre chose que des discours et des écrits restrictifs où chacun défend son bout de gras ?
Je suis moi même toujours étonnée d’entendre autour de moi dans les réunions fédérales où les classes sont représentées que chacun fait en dehors du cadre, et trouve des stratégies pour détourner les préconisations qui ne satisfont personne.

Quelqu’un peut-il ouvrir les yeux ?
Par exemple, se satisfaire d’une étude qui conclue que 12 millions des français aimeraient bien faire de la voile porte à sourire douloureusement. Car si chacun ouvre sur son cas personnel, il se rendra bien compte que dans sa vie il aurait bien aimé faire tel ou tel sport. Cela s’appelle au minimum un rêve au maximum un fantasme. Il est bon de savoir que notre passion fait rêver 12 millions de personnes dont ma mère de 92 ans qui ne sait pas nager.

Les discours pernicieux tendant à faire penser aux régatiers qu’ils manquent un truc extraordinaire s’ils refusent de naviguer en inter série, qu’ils sont des esprits étroits, qu’ils défendent des idées d’arrière garde, que le new age c’est l’inter série, ces discours détruisent la voile légère et en ce qui nous concerne le catamaran de sport français sûrement. Ces méthodes de communication qui vont de pair avec une culture de la pensée unique ne sont pas dignes d’une démocratie. Car nous sommes en démocratie il ne faut pas l’oublier.
Ainsi, L’Eurocat, l’épreuve de l’année pour les catamarans de sport est en grande désespérance et l’on devrait regarder ce qui s’y passe. L’inter série obligée depuis plusieurs années, le Championnat de France inter série depuis l’année dernière, la sélective pour le Championnat du Monde Jeune en 2013 déplacée cette année à l’ENVSN (celle là il fallait la faire) sur la même date, les délires du comité de course de l’année dernière, la tristesse des bénévoles, des organisateurs et des participants.

Nous méritons mieux que les blablas des techniciens, des élus fédéraux et des participants aux différentes commissions. Ces commissions auxquelles nous, les élus de nos classes nous ne pouvons participer. Car il paraitrait que nous n’avons pas assez d’expertise technique. Je souris à la vue des personnes qui les composent et qui, pour certaines ne sont même jamais montées sur un bateau à voile.

Les femmes sont aussi dans le collimateur de nos grands penseurs. Les titres disparaissent ou sont soumis à des quotas. Alors même que l’année 2014 est dédiée aux femmes, comment admettre que les titres de Championnes de France n’existent plus dans certaines séries. L’on vient nous expliquer que les jeunes filles aiment s’entrainer avec les garçons et que finalement nous sommes un sport comme l’équitation, un sport mixte. Ben voyons !!! On fait même parler les jeunes filles qui sont ravies d’être devant les garçons. Mais c’est bien sur…
L’ISAF n’est pas en reste avec le catamaran en mixte. Car si pour avoir un catamaran entièrement féminin, il faut passer par le mixte et bien passons par le mixte…et nos penseurs de dire que c’est formidable et que c’est l’avenir, voilà maintenant que nous sommes comme le tennis : double mixte !! Après le canasson, le tennis ; les hommes sont d’un drôle !!!
Allez pour rire un peu : une petite phrase de Coubertin (bien connu pour ses positions envers la gente féminine) lue dans Le Sport Suisse du 21 novembre 1928  : « De la culture physique, et de la culture sportive, oui; cela est excellent pour la jeune fille et pour la femme, mais pas de compétition mixte » !!!!

Y a plus qu’à nous expliquer que nous sommes des féministes et le tour est joué.
Je résumerai mes propos par un grand Hobie Way of Life, ce spirit impulsé par Hobie Alter qui vient de nous quitter. Ce grand touche à tout génial, dont les mots d’ordre était  avant tout créativité et tolérance.
Chacun choisit son sport.

« Il n’y a pas que les nourrissons qui s’irritent de crier ! » Alain 1923

Françoise Dettling
Présidente de l’Association Française des Hobie Cat

3 commentaires à “Egalité, temps réel, fun: de l’intersérie à Coubertin..”

  1. Hello,
    Et ma chère Françoise, toute à son Hobie, oublie qu’il existe même des bateaux dont le cahier des charges initial prévoyait qu’il soient conçus pour une navigation en couple…
    Ce fut le cas du DART 18, série dans laquelle les champions européen et du monde naviguent quasiment tous en mixte, pour la plus grande joie de toutes et de tous.
    De la à dire qu’il n’y a pas de temps à autre des mots et des maux est autre chose, mais n’est-ce pas ce qui explique la convivialité bien connue de la série ?

  2. Avec tout cela le national jeune en Tyka n’est pas validé( 14 bateaux),dommage.

    • Selon les zotorités tout va bien et je cite: « Aujourd’hui on ne perd pas de bateaux, au contraire, la pratique est sur une pente positive », SIC.
      Ensuite on ne dit pas Tyka, blasphème ! mais Formule kid 14, c’est pareil mais sémantique 17, rue Bocquillon.
      Plus sérieusement, le plus important est ce qui se passe sur l’eau et belle perf. de Camille et Justine :-)

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© 2014 CataMag Suffusion theme by Sayontan Sinha