Un catamaran skimmer ça décolle. photo: Daniel La Salmonie

En préambule il convient de rappeler, qu’un bateau qui vole, cela existe: c’est un avion. En fait les bateaux volants trainent toujours quelque chose dans l’eau, cet élément 600 fois plus dense que l’air. Contrairement aux monocoques cela fait plus de 40 ans que les catamarans ont une coque régulièrement  en l’air. Ainsi; l’évolution actuelle vient pour une bonne partie des dingues du Classe C (2007) et de la volonté des techniciens de dépasser les règles mise en place lors de la dernière Coupe de l’América où les AC72 étaient censé ne surtout pas voler… Martin Fisher évoque le grand travail des faucheurs d’écume où la Coupe va se jouer pour une grande partie sur ces lames complexes qui fendent l’eau et s’opposent à la gravité.

Faire voler le plomb qui maintient les monocoques à l’endroit, c’est un autre sujet: une espèce de pierre philosophale moderne. Transformer un 4×4 en F1, demande en effet une foi à soulever des montagnes, tellement les efforts sont colossaux. Ce n’est pas pour rien que la course au poids est une constante en aviation. Au moins cela fera du spectacle et espérons-le: pas trop d’avaries ni de drames.

Archimédiens, skimmers et foilers

L’excellent article de Philippe Neiras permet de comprendre comment cela marche pour nos jouets plus accessibles. Archimédiens, skimming, full foiling définissent une nouvelle classification, c’est un point de départ indispensable avec des repères essentiels. Comme l’écrit Philippe Neiras: « les Archimédiens ne sont pas finis! ils restent les plus nombreux, les moins chers et procurent toujours autant de sensations; Les Skimming ne volent pas mais s’allègent, ils ont généralement des dérives courbes; Les Full foiling  encore appelés Flying Boat volent sur des foils ».

Les adorateurs du rating magique essaient de plaquer leur dogme sur ces engins, mais hormis l’arbitraire de pénalités,  cela a encore moins de sens que pour les catamarans classiques. Les écarts sont déjà monstrueux avec des supports identiques.

Plus ou moins facile c’est plus ou moins vite

On trouve les vidéos du skimmer  Nacra 17 mené en train de foiler. Cependant ce sont des artistes qui font ça. Sans appui à l’arrière percuter la vague est une suite logique et fréquente de la fin de l’accélération .  Si vous regardez les bientôt olympiens ils sont à plat et au ras du ras de l’eau. Si pour le même Nacra 17 la tendance pour les tops, était une incidence longitudinale (rake) forte par le calage admis dans la jauge, la tendance semble revenir vers des valeurs plus raisonnables permettant le délestage/accélération un peu moindre, avec un risque de wheeling mobylette  et donc de crash minimisé. Frimer comme sur la photo de l’article est toujours possible . Un Nacra 17 déboite un F18: plus bas, plus vite au portant, les accélérations sont fortes lorsque vous êtes sur le bon angle/vitesse. Pour ce faire la dextérité de l’équipage est mise à rude épreuve. C’est olympique papa.

A l’autre extrême de l’éventail de la pratique, on trouve le S9 de Bimare ou le Whisper fait par White. Les deux ont fait le choix de grande portance permettant un décollage facile et un contrôle du vol via un capteur terminé par un bouchon qui en rebondissant sur la surface de l’eau mesure la hauteur du vol et permet de régler le « rake » (incidence soit pigeon vole: l’avant monte, pigeon coule: l’avant descend) automatiquement. Ce qui permet de foiler sereinement, d’autant que les portances (avant et arrière) sont importantes. Qui dit portance dit trainée et là on freine le bestiau. Freiner est relatif car dépasser 20 noeuds est courant. Cela va  plus vite qu’un catamaran ordinaire.

Trois pattes ou quatre pattes ?

Le foiler à 3 pattes vont des ACxx au GC32 en passant par les Flying Phantom. Exigeants, excitants, très rapides ( + de 30 noeuds), ils sont optimisés pour la vitesse, rien ne traîne qui ne soit indispensable dans le complément du Ricard. Mais c’est pas facile en ligne droite et encore moins en terme de manoeuvres. Martin Fisher parle de « chorégraphie », sans rien exagérer. A l’empannage tu abats et le bateau te tombe dessus car le foil sous le vent pousse …

Ici l’évolution vers quatre pattes semble sportivement compréhensible. Comme l’explique Ferdinand van West à Martin Vanzulli, accepter de traîner le foil au vent dans l’eau freine la barque mais permet de simplifier considérablement les manoeuvres en restant plus aisément au-dessus de l’eau. C’est la solution retenu pour le Nacra 15 en version Jeux Olympiques de la Jeunesse  de 2018 où ce petit catamaran de sport sera le seul bateau présent à côté des planches et kite.

*Le titre est une allusion grossière à Edika. Que mon maître me pardonne.

2 commentaires à “Toi pas s’affoile*”

  1. Un cata va plus vite qu’un mono en mode archimédien mais rendu en l’air il a une coque en trop a trainer (poids/fardage/cout…). Le foiler idéal ressemble peut etre plutôt à un Moth…

    • Ce qui est bien avec le Moth à foil c’est que tu fais voile ET piscine en même temps. Efficace et moderne sans aucun doute.
      Plus sérieusement, les concurents du Moth, uniquement solo et ultra léger ce sont les kites ou les planches avé foil. Entre GC32, FP, Nacra20FCS, Whisper, S9, Classe A, en attendant les kits pour F18 ou F16 (comme prévu déjà sur le Nacra), la gamme de pratiques du catamaran à foil s’avère large.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© 2014 CataMag Suffusion theme by Sayontan Sinha